Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Couture

En cours
Specials - Scott Westerfield

A lire
Milles Soleil Splendides - Khaled Hosseini
Lieutenante - Marine Baron
Shoes Addict - Beth Harbison

Mes livres préférés
Charlotte Brontë - Jane Eyre
Contours du jour qui vient - Léonora Miano


Les livres lus
: A lire  : moyen  : décevant
Stephenie Meyer - Fascination
Stephenie Meyer - Tentation
JL Fournier - Où on va Papa?

Tatiana de Rosnay - Elle s'appelait Sarah
Uglies - Scott Westerfeld
Charlie n'est pas rentrée - Nicci french


Bienvenus chez moi

Un petit bazar de tout et de rien: ma vie, ma famille, mes broderies, la cuisine et le tricot depuis peu...
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 10:48
Comme je l'avais dit quelques posts plus tôt, le collège n'a pas été une promenade de santé pour moi. J'étais une adolescente mal dans ma peau, un peu coincée, mal fagotée. Bref, une adolescente dans toute sa splendeur!
Je n'étais pas très aimé dans ma classe, j'admirai certaines autres élèves de ma classe mais elles représentaient pour moi des idéaux que je pensais ne jamais pouvoir atteindre. L'une d'elle est décédée peu de temps après la fin du lycée d'un accident de mobylette. Cela m'avait choqué à cette époque lorsque ma grand mère m'avait annoncé "Tu connais A.? - Oui elle était avec moi au collège - Et bien elle a eu un accident de mobylette, elle est morte Ah ces jeunes etc..." Dans un film, cela aurai été la scène où le héros ne bouge plus et le monde autour de lui devient flou et en bruit de fond. Je me rappelle encore le surnom que le professeur de sport lui avait donné: "Musclor" et pour moi Musclor était trop fort pour mourir. Même après des années, je repense à elle, à ce qu'elle serai devenu si elle avait vécu, c'est bizarre de penser si longtemps après à une personne que l'on a connu quatre ans de sa vie durant une période que l'on aurai voulu oublier.

L'épisode qui m'a le plus blessé au collège aurai pu être un moment insignifiant, un rien qui pourtant encore aujourd'hui me procure un pincement au coeur, un petit pic de souffrance.
C'était en cours de français (ma matière préférée avec ma prof préférée) et l'un des élèves fêtait son anniversaire en cours. A cette occasion, il avait apporté un gros paquet de bonbons. Il a donc commencé sa distribution, un chacun, nous étions en 6ème encore un peu bébés même si beaucoup jouaient aux durs pour se faire respecter au milieu des "grands" de troisième. Donc ces bonbons, revenons au sujet. Cet élève commence donc sa distribution et arrive à mon niveau, me regarde droit dans les yeux et... continue sa distribution sans m'en donner.
Avec du recul, je pourrai rire de cette réaction puérile, malheureusement, je n'y arrive pas. J'avais accepté de me faire écraser, cela à continuer pendant 4 ans. A la fin du collège, profitant du fait que je voulais faire de l'allemand en 3ème langue, j'ai fait des pieds et des mains pour que mes parents me mettent dans un lycée privée où j'étais certaine de ne pas recroiser mes "camarades" de collège, je voulais reprendre à zéro. Je leur en suis reconnaissante d'avoir accepté même si je ne suis pas certaine qu'ils aient compris ma souffrance collégienne...
Maintenant, je me demande parfois ce que sont devenus ces enfants. Ont-ils visités le monde ou sont-ils resté dans le village de leur enfance? Par vantardise et peut-être pour refermer certaines vieilles blessures, j'aimerai les revoir, leur montrer que même si ils ont essayé de m'écraser, j'ai grandit, j'ai été la première femme sous-officier au milieu de 80 hommes sur un bateau militaire. Mais je crois que ce bonbon continue à me hanter. Que si je ne suis pas aussi forte que je le voudrai à l'heure actuelle, que si je n'ose pas toujours refuser les services que l'on me demande, mon grand défaut d'être "trop gentille", si je n'ose pas dire "M-E-R-D-E" aux idiots c'est un peu à cause de cela...

Partager cet article

Repost 0
Published by Titsev - dans Digressions
commenter cet article

commentaires

Papoum 17/12/2007 09:31

Saleté de bonbon ! Il aurait mieux fait de s'abstenir de fêter son anniversaire celui là ! Puis d'abord les bonbons c'est pas bon pour les dents, grâce à lui tu as évité une carie peut être ! :)Aïe, les années collège... beurk beurk ! Un peu le même genre que toi... dis donc on est soeur ou quoi, j'ai l'impression de me lire quand je te lis ces derniers temps ! mdrrrPour en revenir au collège, moi je n'était pas du tout "IN", j'avais beau essayé, je ne savais pas m'habiller (quoique maintenant c'est pas forcément mieux, on garde tous nos séquelles lol) Du coup j'étais le vilain petit canard ! Par contre niveau étude, j'étais pas la tronche de la classe, je ne faisais rien et me contentais de ma moyenne ! Peut être que j'avais capté que c'était "mal vu" d'être intello ! En tout cas ça ne m'a pas empêché de ne pas avoir de vie "intégrée" à cette époque là ! Par contre pour moi ça a été le contraire : Privé en collège, toujours l'impression d'être seule, du coup je voulais absolument aller en public + internat au lycée et surtout sur Lyon, pas en banlieue, pour pouvoir sortir ! Et là je me suis enfin sentie à peu près bien !!! Oups... je me suis étalée là... Désolée :(Encore encore des digressions !!!! :) :) :)Bizoux Titsev' qu'on aime comme elle est devenue ! Et Toc !

didi 16/12/2007 10:33

coucou
tu sais je ne peux ps dire que le collége est été une partie de plaisir non plus, déjà formé arrivée en 6éme, on ne peut pas dire que j'était habillé dernier cri mm très loing, et pour ce qui est des relatins avec mes camarades filles on va dire 1 ou 2 seulement ben oui j'était un vrai garçon manqué donc ................... mais bon comme j'étais une grande bouche personne ne m'emmerdé.
allez t'inquiéte de tte façon tu es comme ça et nous s'est comme ça que l'on t'aime. et avec ce que tu es devenue tu leurs fait un gros pied nez.  gros bisous

kitkat 13/12/2007 18:19

Et bien moi, j'ai eu la chance de traverser les années collèges un peu à la manière de lisa dans sauvés par le gong, certes je n'étais pas la populaire kelly kaposky mais j'avais des amis, j'étais bien dans ma peau et ... à moi on m'aurait proposé ce fichu bonbon. Je réalise maintenant que c'était énorme, et je repense parfois à notre mélanie qui était un peu dans notre classe ce que tu as l'air de décrire de ton passé et je m'en veux d'avoir été si égoiste mais quand on est bien on ne se rends pas toujours compte que les autres sont mals ! surtout à cet âge là
en tout cas j'aime bien ton blog, je ne te connais pas, mais j'aurais bien aimé être dans la marine moi aussi, jadis ! j'ai fais quelques années d'études pour ça et puis... quelques fichus souci de santé enfin bref, moi je voulais être commissaire. Et toi, tu es quoi si ce n'est pas trop indiscrêt ? T'es pas obligée de me répondre bien sur

adelap 12/12/2007 20:23

et bien je me retrouve tout à fait dans ce témoignage… j'ai toujours ce goût amère de ces années collèges (pour rester polie!!!) et oui, j'aimerais en revoir certains, sur le chemin parcouru… mais bon, il s'agit maintenant d'être à l'écoute de nos enfants et de leurs éventuelles souffrances… qui j'espère évidemment ne seront rien…

Véro 12/12/2007 13:31

Je n'ai pas specialement souffert de mes années collèges, par contre un point où on se retrouve c'est que l'on m'a souvent dit que j'etais trop gentille et cela m'a un peu perdu dans certaines situations