Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Couture

En cours
Specials - Scott Westerfield

A lire
Milles Soleil Splendides - Khaled Hosseini
Lieutenante - Marine Baron
Shoes Addict - Beth Harbison

Mes livres préférés
Charlotte Brontë - Jane Eyre
Contours du jour qui vient - Léonora Miano


Les livres lus
: A lire  : moyen  : décevant
Stephenie Meyer - Fascination
Stephenie Meyer - Tentation
JL Fournier - Où on va Papa?

Tatiana de Rosnay - Elle s'appelait Sarah
Uglies - Scott Westerfeld
Charlie n'est pas rentrée - Nicci french


Bienvenus chez moi

Un petit bazar de tout et de rien: ma vie, ma famille, mes broderies, la cuisine et le tricot depuis peu...
24 janvier 2008 4 24 /01 /janvier /2008 12:26

Partie 5

Y. ne me parlait jamais de son fils. Il devait avoir 30 ans lorsqu'il est mort, la seule marque de son existence pour moi était une petite photo en noir et blanc encadrée et posée sur le meuble du salon. Je crois qu'il était trisomique, "attardé" comme on le murmurait même si je n'ai pu mettre un nom sur sa maladie que bien des années plus tard.
En 1995, lorsque nous avons déménagé sur Brest, Y. vivait toujours dans sa petite maison, elle devait constamment surveiller ses repas: pas de sel, pas de beurre, pas de matière grasse. Elle était sous respirateur, elle avait toujours été très forte et son coeur et ses poumons avaient du mal à suivre. Mais malgré cela, elle était toujours heureuse de nous accueillir pour une tisane et pour bavarder les fois où nous descendions voir la famille.
Le jour où ma mère m'a appelé pour m'annoncer son décès, j'étais à l'école dans le sud de la France et j'étais en train d'écrire une lettre à Y. Je suis rentrée à Nantes pour assister à son enterrement, c'est ce jour-là que j'ai entr'aperçue pour la première fois la chambre de Y.. Chez nous, les chambres des adultes étaient des lieux tabous où les enfants n'avaient pas le droit de rentrer. J'ai refusé de la voir. Je ne suis pas très à l'aise avec les morts, je préfère me rappeler d'eux vivants. Le jour de son enterrement, sa fille m'a dit devant sa tombe de finir cette lettre. Je n'ai jamais réussi à le faire, cette lettre était pleine de futilités, je lui racontais ma vie à l'école où j'étais à ce moment-là en quelques mots.
Peu de jours avant mon mariage, je suis allée sur la tombe qu'elle partage maintenant avec son mari et son fils, un peu comme lorsque j'étais enfant et que j'allais chez elle boire une tisane...

Fin...

Partager cet article

Repost 0
Published by Titsev - dans Digressions
commenter cet article

commentaires

cél 25/01/2008 21:08

C'est drole comme on peu retrouver les même histoires dans d'autres coins de la france!
Moi les miens étaient très agés et je les appelé tonton et tata P. J'aimais aussi boire de la tisane et manger des gateaux enfermés dans des boites en fer pour les conserver! Moi ils avaient une maison qui étaitun ancienne boutique et je ne connaissai que l'entrée et la cuisine...mais un soir de 31 décembre 1981 un evenement a fait que nous avons pu monter a l'étage et dormir dans un lit qui etait d'un autre siècle, très haut mais tellement agréable!! Et ce soir là nous avons joué aux cartes jusu'a très tard pour attendre le retour de mon père de...la maternité, ma petite soeur est née ce jour là!
Alors Sev je crois comprendre ce que tu as vécu chez elle!
bizzzzzzzzzzzz

Titsev 26/01/2008 11:38

Merci Pap' et Crouch'!!J'ai été surprise par le plaisir que j'ai éproué à écrire cette digression, j'ai travaillé plus que les autres fois sur cette série et il m'arrivait parfois de revoir parfaitement cette pièce où j'avais passé tant d'heures alors que j'écrivais mon article.Bises ensoleillées

Papoum 24/01/2008 12:19

J'aime toujours autant te lire... :)